DEMANDE DE DOCUMENTATION
& PRIX

BÉNÉDICTE

Image

Bénédicte a débuté son régime en 2012 et a perdu 35 kgs. Aujourd’hui, elle est en phase de stabilisation, depuis 5 ans.

Comment avez-vous connu l’institut du Poids ?
J’ai découvert l’institut du Poids par des connaissances et par le site internet mais surtout par des connaissances qui avait déjà fait ce régime.
 
Quel a été le déclic ?
Au départ c’est mon apparence qui ne me plaisait plus du tout. J’ai toujours été obèse, depuis l’enfance. J’avais alors deux choix, soit une opération, soit me faire accompagner par un nutritionniste. Un jour, j’ai récolté toutes les informations sur les différentes opérations mais je me suis dit que je n’étais pas prête. Ce même jour, dans la soirée j’avais rendez-vous à l’institut du Poids. Lorsque je suis arrivée à L’Institut du Poids, cela c’est super bien passé. Premièrement le nutritionniste ne m’a pas dit que j’étais énorme, qu’une perte d’une vingtaine de kilos était tout à fait envisageable. En fait cela c’est super bien déroulé. Ces premiers vingt kilos je les ai perdu à une vitesse incroyable. Sur une année j’avais perdu 35 kgs.
 
Jusqu’au jour où j’ai fait un AVC. J’ai été paralysé du côté droit et une dégénérescence neurologique au niveau de la jambe droite est apparue. Ma mobilité a été fortement réduite. Diabète, explosion du cholestérol… une grande porte ouverte pour un infarctus alors que je venais de faire un AVC : le billet gagnant pour la morgue ! Je me suis remis en question, j’ai compris qu’il fallait que je commence à faire attention. J’ai commencé à faire un petit régime par moi même. J’ai perdu 7 ou 8 kgs et puis je me suis dit que ce n’était pas suffisant . J’ai décidé de pratiquer une activité physique, du fitness.
 
Pourquoi ce régime a-t-il fonctionné plus que les autres ?
Je mangeais de tout. Il a été conçu pour moi. La rencontre avec le Dr Jacobs s’est tout de suite super bien passée. J’ai eu confiance en lui, en son travail. J’étais très à l’aise et très motivée. Par la suite ce régime est devenu une habitude ! Dès les premiers mois je suis rentrée dans le régime, comme par habitude, c’était normal, je ne me privais pas. Les quinzes premiers jours sont les plus durs. Par la suite cela vient tout seul ! C’était mon quotidien, c’est devenu normal !
 
Avez-vous utilisé l’application ?
J’utilise plus les fiches que le docteur Jacobs me donne à chaque rendez-vous. Je suis les recettes qui sont excellentes.
 
Avez-vous eu des difficultés à marier régime et vie sociale ?
Au départ pas du tout, je n’ai pas su gérer les deux. J’ai du expliquer à tout le monde ce que j’avais décidé. J’ai une famille où l‘on mange bien, la nourriture est très importante, les repas autour de la table sont importants. Je devais leur expliquer que j’étais limitée. J’ai du expliquer et cela en a offusqué plus d’un. Mais avec le temps ils ont compris. Car au départ j’étais très strict avec moi même. Au départ c’était difficile mais après je me suis adaptée et puis tout le monde aussi a compris. Maintenant je sais, je jongle avec trois kilos. Je profite même pendant les fêtes !
 
Quelle est votre routine aujourd’hui ?
Lorsque je perds pied, je reprends rendez-vous avec le docteur Jacobs. Je vais reprendre mes repères auprès du docteur Jacobs. J’avais besoin d’un coach, je l’ai trouvé. Aujourd’hui il fait partie de ma vie pour toujours. Je suis mieux dans ma tête. J’ai découvert que j’étais une femme qui pouvait plaire.
 
Avez-vous un mot pour qualifier la méthode du Dr Jacobs ?
La méthode est personnalisée. Elle est facile à suivre. Je n’ai jamais eu la sensation de me priver et puis le docteur Jacobs, je dit bravo super docteur pour moi ! Il a changé ma vie !
 
Que pensez-vous de l’Institut du Poids ?
Je trouve ça super bien ! Génial ! C’est bien pour la suite du régime. C’est motivant de se dire qu’il y a des soins qui accompagnent le régime.
 
Quelle a été la réaction de votre entourage ?
Je n’avais que des félicitations et cela me motivait encore plus. J’ai eu énormément de compliments. Je n’avais pas l’air fatigué… personne ne s’inquiétait du fait que je sois malade.
 
Quel conseil donneriez- vous ?
C’est une méthode qui permet de manger de tout. Il n’y a pas de privation par rapport à ce que l’on mange. C’est adapté à la personne. C’est ce que je dis en général.